Rien ne va plus au Collège !

Un conflit qui n'a rien d'académique
Dans les années 1645-1650, une anecdote est révélatrice de certains conflits qui peuvent parfois naître au sein des établissements d'enseignement, les enseignants n'étant pas nécessairement des anges.
Deux laïcs, Jean Chassot et Pierre Quendet, occupent respectivement les postes de premier et second régents au Collège royal de Moûtiers. Il y a manifestement une lutte de préséance, Quendet ayant déjà été premier régent. Visiblement l'inversion des rôles ne lui plaît pas et il va utiliser les grands moyens : il frappe les élèves de Chassot, il interpelle grossièrement et moleste la femme de Chassot. La tension monte jusqu'au jour où Quendet, enseignant au premier étage alors que Chassot est au second, ferme à clé une lourde porte entre les deux étages. Chassot ne peut plus rejoindre ses élèves et se trouve prisonnier au second étage de l'école. Comme la situation se prolonge un certain temps, on le ravitaille grâce à une corde descendant par une fenêtre, et c'est par la même fenêtre que Chassot fournit à un notaire, qu'il a fait appeler, sa déposition pour une plainte aux syndics de la ville. Belle ambiance dans une école censée élever les enfants dans les bonnes mœurs et la foi chrétienne !