Les plus vieux documents

Depuis quand y a-t-il des écoles à Moûtiers ?

La lecture de quelques vieux textes des archives communales apporte des réponses.

Le 24 septembre 1715, le premier syndic adresse une supplique au roi. On peut y lire que « de temps immémorial », les habitants de Moûtiers possèdent un collège. L'expression est bien vague puisque justement elle suppose que la mémoire de ce temps s'est perdue. Peut-on essayer d'être plus précis ?


Le compte des syndics de 1458 (archives communales) parle du paiement d'un certain Jean Crola, maître es arts (au sens médiéval de « arts libéraux »). Le texte ne parle pourtant pas de « collège » mais simplement d'« école » : ce maître est « recteur des écoles de la ville » et il travaille dans la « maison des écoles de Moûtiers ». Il est normal que nous rencontrions ce terme, le mot « collège » apparaissant dans la langue française en 1308, mais dans le sens de « confrérie », « groupement », tandis que le sens scolaire n'apparaît qu'au XVIe siècle - et encore faut-il préciser qu'il a un sens plus large puisque l'on trouve parfois l'expression appliquée à des écoles de village. Quant au mot « recteur », il est bien toujours scolaire, mais le sens actuel n'apparaît qu'en 1806 avec la création napoléonienne des académies. Le sens ancien est plus large, c'est : « celui qui dirige ».


Un texte de 1458 ne signifie pas que cette école ait été créée en 1458, mais qu'à cette date elle existait. Depuis quand ? Aucune réponse ne peut être donnée à ce jour faute de document. En tout cas, il semble que cette école puisse être considérée comme l'ancêtre du collège de 1715. « Immémorial » signifie donc en l'occurrence que cet établissement existe au moins depuis 257 ans.


On peut ajouter une chose qui montre que cette école de 1458 a cependant un statut un peu particulier : Jean Crola est aussi cité comme « consyndic » de Moûtiers. Cela signifie que ce maître est un notable et, sans doute, qu'il enseigne plus que les fondamentaux « lire, écrire et compter ». On peut penser au latin puisque les actes officiels de cette époque sont écrits dans cette langue. Cela est corroboré par le fait que, dès le XVIe siècle (un demi-siècle après notre premier texte), l'école devient « école de grammaire », expression qui inclut alors le latin, voire le grec.


Si Crola est « recteur », est-ce que cela signifie qu'il y a un corps professoral ? On n'a aucune réponse claire. Les noms cités aux XVe et XVIe siècles le sont toujours isolément. Il faut attendre le début du XVIIe siècle pour voir apparaître les termes « premier régent » et « second régent » (donc un corps professoral avec au moins deux enseignants et une hiérarchie). Ce terme de « régent » a le même sens que « recteur », c'est aussi « celui qui conduit », « qui dirige », on pourrait dire « qui élève ». Il va petit à petit prendre un sens ecclésiastique plus marqué : le régent devient un prêtre chargé de l'enseignement, et il est vrai qu'à partir du XVIIe siècle l'on ne trouvera que très peu de laïcs dans notre école moûtiéraine.

Maitre d ecole et ecolier