La plus ancienne école connue

La plus ancienne école connue à Moûtiers était placée sous la dépendance de la ville, mais les collectivités ont mis du temps à se sentir responsables de l'éducation. À travers les premiers textes, il semble bien que les enseignants étaient directement payés par les parents des écoliers.
Les bâtiments se trouvaient sur la rive gauche de l'Isère et donnaient sur ce qui s'appelait alors la place du Petit-Four - notre actuelle place de l'Ancienne-Mairie, dans le quartier Sainte-Marie. La première école occupe ce qui deviendra au XIXe siècle la mairie ; elle s'agrandira ensuite vers l'est en intégrant la maison où se trouvait la galerie Boix-Vives, qui est aujourd'hui un bon témoin de ce que fut le collège aux XVIIe et XVIIIe siècles. Au départ, c'est une propriété particulière qui, vers la fin du XVe siècle, devient propriété des prêtres de Sainte-Marie, avant de devenir propriété de la ville au XVIe siècle.
Par cet achat, la ville devient plus présente. Elle le sera plus encore lorsqu'en 1565 elle attribuera un traitement au recteur.

On peut en donner une description plus précise à partir de quelques documents plus tardifs : le confin du midi (sud) est la place du Petit-Four, qui deviendra place du Collège (notre place de l'Ancienne-Mairie), et la rue Sainte-Claire (notre rue Sainte-Marie, alors appelée Sainte-Claire car si elle conduisait bien à l'église Sainte-Marie - place Aristide-Briand -, elle longeait vers l'ouest le couvent des clarisses). A l'est, le collège a pour confin une propriété Durandard avec bâtiment et jardin, et, au nord, l'Isère. N'oublions pas que les quais n'existent pas, les propriétés vont donc jusqu'à l'Isère. Le confin ouest nous explique comment l'on accède à l'Isère puisqu'il s'agit d'un barrioz, du nom de ces couloirs permettant d'accéder jusqu'aux rives de l'Isère, qui passe entre la propriété des clarisses et le collège, et qui existera jusqu'à la fin de la construction des quais dans les années 1860.


Le bâtiment était composé, au XVIIe siècle, d'un rez-de-chaussée et de deux étages. Au rez-de-chaussée, des salles de classe. Au premier étage, d'autres salles de classe, la loge du concierge, une salle qui avait été prêtée par la ville pour y installer les archives du tabellion et, au nord-ouest, la chapelle.
Celle-ci avait un tableau du peintre chambérien Bérengier (l'auteur de l'Adoration des mages de la cathédrale) représentant l'Assomption avec saint Nicolas et sainte Catherine. Ces deux saints étaient autrefois les patrons des écoles, sainte Catherine étant plus particulièrement la patronne des philosophes puisqu'elle soutint une controverse avec ceux-ci avant son martyre. Le dernier étage était celui des appartements des professeurs.

 

Moutiers 17eme

Moûtiers au 17ème siècle